Notre Magasin

FAQ

Retrouvez toutes les réponses aux questions les plus fréquentes.
Parcourir la FAQ.

Nous contacter

Service client disponible le lundi de 13h30 à 19h00 et du mardi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 19h

Tél.02 97 11 09 43

Contact par courriel

Newsletter

Suivez nous sur facebook

Facebook Devenez fan

Devenez fan de notre page Facebook et bénéficiez de 10 % de remise !

Blog catégories

Cigarette électronique: A qui va-t-elle nuire gravement?

Publié le 2014-05-26

  • Cigarette électronique: A qui va-t-elle nuire gravement?

Difficile de marcher cinq minutes sans croiser une boutique de cigarettes électroniques: moins de quatre ans après leur arrivée sur le marché français, les e-cigarettes comptent déjà deux millions d’adeptes, plus de 2.000 boutiques en France et inaugurent leur premier salon à la porte de Versailles, le E-cigshow, du 25 au 27 mai. Moins chère, moins nocive pour la santé, utilisable dans les lieux publics, la cigarette électronique semble en passe de détrôner la clope traditionnelle. Mais l’explosion aussi rapide du marché de l’électronique risque de faire quelques victimes.

Les buralistes fulminent

A sept euros le paquet, la cigarette devient un luxe auquel beaucoup de fumeurs ont renoncé: en 2013, les ventes de cigarettes ont ainsi reculé de 7,6 %, soit quatre milliards de mégots écrasés de moins qu’en 2012, selon une étude de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) parue en février dernier. Une chute sans précédent pour les buralistes, qui n’est pas compensée par leurs ventes de cigarettes électroniques: seulement une e-cigarette sur cinq est achetée dans un bureau de tabac en France, selon une étude Xerfi d’avril 2014. La Confédération nationale des buralistes de France (CNBF) a tenté à plusieurs reprises de faire valoir en justice son monopole de vente de produits du tabac, sans succès jusqu’à présent.

Les cigarettiers enfument le marché

Les géants du tabac ne vont pas se laisser faire: alors que le groupe Altria, anciennement Philip Morris, a racheté la marque de cigarette électronique Green Smoke et que Lucky Strike a lancé en Grande-Bretagne la e-cigarette Vype, les Français peuvent désormais tester la nouvelle cigarette Ploom de Japan Tobacco International, fabricant des marques Camel et Winston. Ploom n’est pas une e-cigarette, puisqu’elle ne fonctionne pas avec du liquide mais avec des capsules de tabac, et son prix équivaut à celui d’un paquet traditionnel. Elle pourrait toutefois marquer le début d’une diversification pour les cigarettiers qui «ne resteront pas passifs face à un marché croissant qui menace leurs rentes de situation, estime le cabinet Xerfi. Ils ont plusieurs cartes à jouer face aux spécialistes du vapotage, encore loin de la taille critique. Parmi leurs atouts figurent leurs trésoreries colossales, leurs relations étroites avec les buralistes, leur connaissance fine de la clientèle et bien sûr leur puissance marketing».

Les petites entreprises risquent de s’étouffer

Clopinette, KitClope, Yes, J Well… Les nombreuses marques qui se sont lancées dans la cigarette électronique risquent-elles de se marcher sur les pieds? Pas pour Marc Assous, commissaire général du salon E-cigshow: «Pour l’instant, le marché est en progression fulgurante avec trois ouvertures de boutiques par jour en moyenne, se félicite-t-il. Le marché devrait encore doubler en 2014. Il y a 14 millions de fumeurs en France dont la moitié qui voudraient s’arrêter, ce qui représente un marché potentiel de 7 millions de personnes.» Les économistes sont moins optimistes: si autant d’industriels et de distributeurs se sont engouffrés dans la brèche, c’est grâce à l’«effet d’aubaine» de l’absence de législation sur ces nouveaux produits. «Le rythme exponentiel d’ouvertures persistera en 2014, augurant également de premières fermetures», estime le cabinet Xerfi, qui rappelle que l’avenir de la filière dépendra in fine des pouvoirs publics. Médicament vendu en pharmacie, produit du tabac réservé aux buralistes ou produit de consommation courante disponible dans les boutiques spécialisées: la France a deux ans pour légiférer, avant que l’engouement pour l’e-cigarette ne parte en fumée.

*Audrey Chauvet

 

 

Copyright © 2014 SAS VAPÔWAY • Tous droits réservés